Amateur des bons vins, j’ai toujours su qu’à l’instar des grands cuistots ou des artistes, je peux transformer cette passion en un investissement rentable.

Ma recherche sur internet m’a amené aussi sur un site intéressant. J’y ai découvert qu’investir dans le vin peut être aussi lucratif que l’investissement dans les objets d’art et les obligations d’Etat lorsqu’on sait s’y prendre.

J’ai ainsi retenu de ce site une information intéressante comme quoi, entre le début du 20ème siècle et 2010, le rendement financier annuel des vins de Bordeaux s’estime autour de 5,3%, de quoi motiver un audacieux comme moi.

Choix d’investir dans le vin primeur

Réussir à s’investir dans le vin

Bien que la transaction soit vieille de 200 ans, l’investissement dans le vin primeur est quelque chose de nouveau pour moi.

Alors, un jour, j’ai pris mon ordinateur et j’ai recherché des informations autour des vins primeurs, particulièrement ceux Bordealais et du Beaujolais nouveau pour avoir une idée claire de ce que j’allais faire.

Non seulement j’ai découvert qu’acheter en primeur est un moyen d’investissement efficace puisqu’il s’agit de commander de vins en cours de maturité pouvant se vendre après quelques 18 mois, mais j’ai su aussi que le marché de ce vin intérese aussi bien les français que l’international.