J’aime me balader la nuit et me sentir seul au monde.

Je suis insomniaque depuis des années déjà et je m’y suis habitué, je vis quand le jour décline et que tout le monde dort.

J’adore me promener et voir l’autre visage de la ville, son côté invisible lorsqu’elle s’anime en journée.

Je n’y ai pas pensé tout de suite, mais très vite je me suis mis à la photo de nuit, j’ai suivi une formation photographie il y quelque temps et les conditions de lumières, je m’y suis habitué.

Formation photographie : un métier au bout de l'objectif.

C’est amusant de prendre des clichés que personne ne soupçonne.

Arriver à être témoin de scènes impossibles à voir le jour : des amants qui s’aiment librement, des indigents qui reprennent possession de la rue, des policiers détendus, des commerçants cernés et fatigués qui rentrent chez eux… C’est tout un univers à part que celui qui vit après la tombée du jour.

D'autres articles du rédacteur Baptyste :